Strict Standards: Non-static method RSMediaGalleryHelper::parseParams() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/gestasso/www/clients/www6516/plugins/system/rsmediagallery/rsmediagallery.php on line 94

Strict Standards: Only variables should be assigned by reference in /home/gestasso/www/clients/www6516/plugins/system/rsmediagallery/rsmediagallery.php on line 100
Economie

Strict Standards: Non-static method RSMediaGalleryHelper::parseParams() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/gestasso/www/clients/www6516/plugins/content/rsmediagallery/rsmediagallery.php on line 61

Impacts économiques

LES IMPACTS ECONOMIQUES

Plusieurs élus de la vallée ont clairement mentionné la disparition des lignes en bord du lac de Serre-Ponçon comme un « plus » pour l'activité touristique de la région (et donc pour l'économie locale).
En clair, nous déplaçons les nuisances vers les communes situées un peu plus haut afin que les touristes ne voient plus les lignes lorsqu'ils profitent des bords du lac !
Nous ne pouvons accepter un tel positionnement et ce, pour plusieurs raisons.

Nous sommes d'accord pour dire que les lignes existantes représentent une nuisance, mais au lieu de déplacer le problème, nous demandons à ce qu'il soit résolu de manière DEFINITIVE en enfouissant les lignes.

De plus, nous doutons que le projet actuel de 2 x 225 000 volts satisfasse les personnes qui skieront les prochains hivers à Réallon, station située en balcon au dessus du corridor de passage des 2 lignes par exemple... Nos élus semblent oublier que le tourisme dans les Hautes Alpes est pendant 12 mois de l'année un tourisme de montagne !
Que dire des randonneurs qui emprunteront le GR 50 vers St Apolllinaire ou vers les Puys et qui pourront contempler le magnifique panorama de dessous les lignes.
Entendront-ils encore le chant des grillons en été ?
Que dire de ceux qui emprunteront la route depuis Chorges pour se rendre aux Gourniers, porte d'entrée du Parc National des Ecrins (le jeu pour les enfants consistera certainement à compter les pylônes).
Nous pourrions multiplier ainsi les exemples tout au long du tracé et cela sera certainement fait par nombre d'entre nous dans un futur proche.

Cependant, il est un autre domaine pour lequel nous pensons que ce projet est une catastrophe économique.
Il s'agit du développement foncier des communes.
Dans un futur proche, les propriétés, copropriétés et terrains situés près des nouvelles lignes vont perdre énormément de valeur.
Bien sûr, les propriétés et terrains situés prés des lignes actuelles gagneront en valeur lorsque celles-ci seront déposées. C'est l'application du principe des vases communicants.
Il serait trop simple de résumer la question en l'assimilant à un problème d'école.
Le projet RTE actuel va impacter de manière irréversible la possibilité de développement foncier de certaines communes sur les terres susceptibles d'être les plus attractives dans le futur.
Du fait de leur positionnement en balcon sur le lac.
Du fait qu'elles sont déjà desservies par des routes ou facilement accessibles.
Du fait que la viabilisation ne poserait pas de problème majeur (la majorité des captages d'eau potable se situant bien en amont).
Enfin, pour la simple raison que ces terres agricoles ne sont plus utilisées depuis longtemps du fait de leur altitude ou déclivité alors qu'actuellement, chaque modification des PLU entérine la disparition de bonnes terres agricoles (plus basses et plus planes) au détriment de l'agrandissement des installations existantes, ou même de la création de nouvelles unités agricoles.
Pour toutes ces raisons, nous pensons donc que ce projet va à l'encontre du développement économique de nos villages.

A ce stade de l'analyse, il ne serait pas juste, de ne pas évoquer l'argument clé, de la « manne » que représente ce projet pour les communes traversées.
D'un côté, il y a ce que l'on appelle la taxe pylône, c'est-à-dire un peu moins de 2000 euros par pylône et par an (sur la durée de vie de la ligne).
De l'autre, le financement s'appelle « mesure compensatoire »et concerne des projets liés au développement durable dans chaque commune traversée par le fuseau. Cette enveloppe s'élevant à 8% du montant total des travaux à partager entre les communes concernées (somme évaluée à 6 millions d'euros par RTE).
RTE se propose de guider nos maires dans le choix des projets qui pourront être validés !
Refusons leur main mise ! Nous n'avons pas besoin d'eux pour orienter les choix communaux de demain !
-« Cet argent contribuera au développement de nos villages et profitera à tous » nous disent nos élus.
Même si certains pensent qu'il y a là matière à convaincre les populations, ne nous y trompons pas. Cet argent n'est pas un cadeau ! Il servira à faire « passer la pilule » et à « acheter » la bonne conscience de nos Maires, Conseillers Généraux ou Députés.
Sans parler des communes limitrophes, elles aussi impactées par le projet et qui ne verront pas un centime de cet argent.

Nous ne sommes pas d'accord !
Nous n'avons pas donné de mandat à nos élus pour que ceux-ci bradent, de manière irréversible, notre patrimoine et celui des générations à venir pour quelques centaines de milliers d'euros !

Nous leur demandons de s'informer, d'écouter leurs administrés, de réfléchir aux conséquences autres que financières de leur vote du 06 mai en Préfecture, lorsqu'ils ont unanimement choisis de valider le projet RTE.
Il est encore temps !
Et puis, si nous voulons de l'argent à attribuer à de nouveaux projets, commençons d'abord à regarder où nous pouvons économiser avant de songer à dépenser plus.
Nous pouvons éviter de gaspiller l'argent en étudiant la possibilité d'enfouir les nouvelles lignes en suivant l'accotement de la RN 94 par exemple ; ou bien les immerger en partie dans le lac de Serre-Ponçon, ce qui serait le chemin le plus court et le moins impactant pour l'environnement et les populations.
Le projet actuel est calculé dans une optique de court terme.
Dans la perspective de passer en aérien, l'investissement de départ est minimum.
A contrario, l'enfouissement de lignes de 225 000 volts coûte de 2 à 5 fois plus cher en termes d'investissements (variable selon les sources consultées).
Hors, si on inclue les coûts d'entretien et de maintenance des lignes aériennes dans un calcul de rentabilité lié à la durée de vie de la ligne, chacun (RTE y compris) s'accorde à dire que l'enfouissement est plus économique.
Pourquoi hésiter ?